Histoire Erotique


Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Le Manoir Aux Fleurs - Mystérieux Rendez-Vous

Dans un monde qui ressemble beaucoup au notre. L'histoire de Viviane une jeune enseignante qui va faire des rencontres surprenantes. Dans ce premier chapître, cherchant un logement, elle va rencontrer un étrange personnage qui lui propose une chambre dans son manoir.

Proposée le 13/04/2019 par Verdu

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: FH
Lieu: Inclassable
Type: Roman

A vingt-trois ans, Viviane était un peu anxieuse. C'était le début d'une grande aventure qui commençait pour elle. Brillante étudiante, elle venait de décrocher son agrégation de lettres modernes et elle avait reçu son affectation dans un prestigieux lycée d'une petite ville en bord de mer.
Elle profitait des vacances d'été pour chercher un logement. N'ayant pas encore commencé à travailler, et malgré la preuve qu'elle serait en poste dès la rentrée dans l'établissement le mieux coté de la cité, les loueurs faisaient grise mine quand elle se présentait. Les modestes moyens de ses parents ne leur permettaient pas d'apporter une garantie suffisante en raison des prix pratiqués dans cette station balnéaire réputée.
Elle commençait à désespérer car elle se voyait mal commencer l'année en résidant dans un mobil-home d'un camping avec la mauvaise saison qui approchait à grand pas. Une de ses futures collègues qui l'accompagnait dans sa quête lui parla d'un homme un peu excentrique, d'un âge indéfinissable possédant un manoir dominant la ville. Il était très solitaire, même si on rapportait qu'il organisait régulièrement des soirées privées dont les invités étaient triés sur le volet. On apercevait alors un discret ballet de berlines luxueuses arrivant de partout. Ses hôtes restaient quelques jours et repartaient aussi discrètement qu'ils étaient arrivés.
— Je sais qu'il recherche une personne pour l'aider dans certaines tâches, tu verras c'est un homme très cultivé et aussi très charmant.
— Mais ! Je travaille…
— Oui ! Mais avec tes horaires, tu as beaucoup de temps libre.
— Oui bien sûr ! Mais il va me falloir préparer les cours, corriger les copies…
— Je suis d'accord avec toi, mais tu ne vas pas faire que cela… Je le connais bien, je l'ai rencontré lors de conférences sur l'histoire de la ville, il y maintenant près de dix ans et je suis toujours en contact avec lui, il me donne beaucoup de conseil pour mes cours d'histoire, une encyclopédie ambulante.
Elle ne raconta pas à sa nouvelle collègue qu’elle le côtoyait encore car elle était la maîtresse d’un de ses assistants.
— D'accord ! Je veux bien lui demander s'il peut, me louer une chambre pour quelques semaines.
Marie lui donna les coordonnées de cet homme afin qu'elle puisse l'appeler.
— Laisse un message sur son répondeur, je n'ai jamais réussi à l'avoir directement. Mais attends-toi à ce qu'il te rappelle très tard dans la soirée.
— Pas de souci ! Je suis plutôt du genre couche-tard.
Les deux femmes se séparèrent et Viviane se permit de traîner un peu dans le centre-ville avant de rentrer afin de se familiariser avec son atmosphère qui la changeait de celle de la mégapole où elle avait passé sa jeunesse. Elle regagna son mobil-home tard dans la soirée après profiter du coucher de soleil sur le port.
Il était presque minuit lorsque son téléphone sonna, c'est le Professeur Van Dyck qui acceptait de la recevoir et il lui fixait un rendez-vous pour le lendemain soir pour neuf heure et demi en lui recommandant d'être ponctuelle. Elle fut étonnée de l'heure tardive et se demandait ce qui pouvait motiver un homme seul à recevoir une jeune femme à ce moment de la journée. Mais ce qui la troublait le plus, ce n'était pas l'horaire mais la voix chaude et envoûtante qui lui avait parlé. Elle essayait d'imaginer le personnage qui se cachait ainsi, un seigneur de la nuit. Elle se souvenait de ces romans fantastiques qui la faisaient rêver adolescente, ces créatures nocturnes semi-humaines, vampires, loups-garous, démons et autres sorciers ou nécromanciens. Revenant à la réalité, elle rigola d'avoir pensé cela en se disant :"En fait ! Ce doit être un simple noctambule."

A l'heure prévue, elle arriva devant la propriété, elle sonna à la grille imposante qui s'ouvrit en grinçant après plusieurs minutes d'attente la porte. En s'approchant doucement, elle découvrait la demeure plongée dans le noir hormis une lumière diaphane, indiquant que la porte d'entrée était ouverte. Elle s'avançait lentement, hésitait à entrer, intriguée. Une voix grave tire alors notre héroïne de sa torpeur. Elle franchit le seuil, elle écarta de son visage quelques insectes qui ressemblaient à des hannetons. Elle remarqua à peine la poudre bleuâtre qui l'enveloppait et elle pénétra dans un salon dans lequel se trouvait une cheminée allumée ce qui paraissait bizarre en cette saison bien agréable. Une odeur lui assaillit les narines. Une puissante odeur de musc, celle d'un homme mur, elle fut troublée une nouvelle fois. La voix grave résonna encore et elle sursauta.
— Alors jeune fille ! Vous rêvassez ! Je ne sais ce qu'il m'a pris d'accepter ce rendez-vous. Encore une tête de linotte sans cervelle !
La jeune enseignante piqua un fard sous ces insinuations, elle, fraîchement diplômée. Sa respiration s'accéléra, elle se prépara à répondre sèchement. Mais un autre sentiment la parcourut. Le feu lui montait aux joues et qui lui chauffait aussi le bas ventre. Ce ton, cette odeur lui rappelaient ce maître de conférences qui lui avait fait connaître des émotions similaires et intimes qu'elle avait tenues secrètes. Mais ne voulant pas rater cette occasion de trouver un logement, elle se retint.
— Sachez Monsieur ! Que je ne suis pas une de ses jeunes pimbêches qui se croient tout permis ! Je respecterai les conditions que vous m'indiquerez pour pouvoir bénéficier de ce logement correspondant à mes revenus.
— Vraiment ! répondit l'homme qu'elle avait entendu sans le voir car il était assis de dos sur un fauteuil haut face à la cheminée.
— Oui monsieur ! J'ai besoin de ce logement.
— Je comprends, mais permettez-moi une question.
— Oui ! Répond-elle timidement.
— Indiquez-moi de qui Dante, dit-il être l'envoyé lorsqu'il rencontre Virgile aux enfers ?
— De Béatrice son aimée ! La réponse fusa si vite que la jeune diplômée en fut presque gênée.
— Bien une lettrée ! Un tant soit peu !
La jeune femme souffla intérieurement, soulagée. Il s'ensuivit un jeu de question réponse portant sur les grandes œuvres de la littérature depuis Don Quichotte, jusqu'à La Recherche du Temps Perdu en passant par les œuvres moins connues de Cyrano de Bergerac. Enfin le Comte Van Dyck prononça la phrase qui libéra la jeune femme.
— J'accepte de vous louer cette chambre…
—Merci, Monsieur ! ne put-elle s'empêcher de l'interrompre tellement elle était contente.
Cela ne sembla pas offusquer l'homme toujours assis dans son fauteuil et dont elle n'avait toujours pas vu le visage, il reprit.
— Mademoiselle ! Sachez que je serai très strict dans mes conditions. Je vous les communiquerai sous pli dans la semaine. Mais j'ai à faire pour ce soir et je vous prie de bien vouloir sortir.
— Merci monsieur. Je ferai en sorte d'être à la hauteur.
— Allez ! Maintenant sortez ! Je ne jugerai que sur pièce ! On m'attend !

A nouveau, ce ton de voix la fit fondre intérieurement. Les nœuds qu'elle avait à l'estomac étaient descendus d'un niveau. Elle était tellement heureuse et le stress ressenti s'était mue en excitation à l'idée de pouvoir résoudre son problème de logement. Mais quelles pourraient être ces conditions si strictes annoncées ?
Le professeur Van Dyck était troublé, quelque chose chez cette jeune femme lui semblait étrange, en plus de son érudition, elle ne ressemblait pas aux autres jeunes personnes à qui il avait proposé cette chambre. En dépit de ses pouvoirs de discernement, il n'avait pas pu trouver la faille qui lui aurait permis d'imposer son autorité. Elle ne semblait pas si réelle qu'elle le paraissait. Pensif, il la regardait traverser le parc pour se diriger vers la grille.
Elle redescendit vers la ville sereine et détendue même si la forme de l'entretien avait été très particulière. A aucun moment, elle n'avait vu l'homme bouger dans le fauteuil. Elle avait deviné en contre-jour une chevelure poivre et sel et encore elle n'en était même plus certaine. En y réfléchissant, il lui semblait que cette voix provenait du fauteuil pendant leur court dialogue mais maintenant, elle se rendait compte qu'elle avait été littéralement enveloppée par elle. Comme si elle l'avait perçue directement dans son esprit. Décidément le mystère autour de ce Professeur Van Dyck augmentait. Plongée dans ses pensées, elle ne s'était pas rendu compte qu'une voiture s'était approchée d'elle dans la descente.
— Viviane veux-tu que je te raccompagne chez toi ? Elle sursaute et reconnait le véhicule de sa future collègue et déjà amie.
— Oh oui ! Avec plaisir. La nuit est tombée ? Je n'ai pourtant pas eu l'impression que mon rendez-vous ait duré aussi longtemps.
— Oui c'est le problème quand on rencontre le Professeur, le temps file de manière étrange. Alors, il t'héberge ?
— Oui ! Enfin je pense ! Il m'a dit qu'il ferait parvenir une liste de conditions à remplir.
Songeuse, son amie ne répondit rien et aborda d'autres sujets de discussion plus futiles.
L'angoisse de ne pas trouver de logement, disparue. Lla jeune femme se sentait fatiguée. Elle se coucha et sans réfléchir ni comprendre pourquoi, elle s'allongea nue sous sa couette, une chose qu'elle ne faisait jamais lorsqu'elle dormait seule. Morphée la rattrapa rapidement et elle s'endormit. Elle fit alors un rêve étrange.
"Elle était debout nue au milieu du salon. Elle faisait face à la cheminée. Elle était seule… Soudain sans aucun signe annonciateur, des mains se posèrent sur ses hanches. Elle sentit une présence derrière elle. Lentement, elle se retourna et découvrit un homme qui la dominait de sa stature. Elle avait le visage au niveau d'une poitrine couverte de poils grisonnants, elle voulait lever les yeux mais geste de l'homme lui fit comprendre de ne pas chercher à le regarder. Elle voulait caresser ce corps musculeux. Les mains remontaient de ses hanches vers sa poitrine, elles lui soupesaient les seins, les doigts jouent avec les tétons. Elle se sentait fondre.
D'un geste ferme, il lui fit comprendre qu'il désirait qu'elle s'agenouillât. Maintenant, elle découvrait un sexe devant ses yeux. Une main approchait son visage de ce membre. Elle savait ce qu'elle devait faire. Elle le prit entre ses lèvres. La vigueur de l'homme se réveillait et après quelques minutes de cette caresse buccale, il la releva et lui demanda de se tourner, de se mettre à genou sur le fauteuil face au dossier. Il lui écartait les cuisses et elle sentit le vit entre ses fesses. Lentement, le gland explorait l'espace entre ses cuisses et se présenta devant la grotte d'amour prête à l'accueillir. Il entra doucement en elle et commença à aller et venir. Elle se laissa aller et son corps réagissait. Les mains lui pétrissaient les seins, elle sentait la puissance de l'homme dans son dos et en elle. Elle savait qu'elle ne pourrait pas retenir le plaisir qui monte en elle.
Traversée par un orgasme fulgurant, elle jouit en criant en même temps qu'elle sentit l'homme se répandre en elle."

Un rayon de soleil vint lui chatouiller le visage, elle se réveilla luisante de sueur. Elle se dressa dans son lit et regarda partout autour d'elle. Elle avait l'impression de sentir du sperme s'écouler entre ses cuisses. "Quel rêve ! C'était si réel !" Elle ne savait pas que l’influence du Comte avait déjà commencé à faire son effet sur elle.
Encore sous le choc, elle se rendit dans la salle de bain pour prendre une douche et se calmer un peu avant de prendre son petit déjeuner. Elle avait une journée chargée, elle devait se rendre dans son futur lycée pour y rencontrer la directrice et ensuite Marie lui avait promis de lui faire visiter quelques sites historiques de la région. "Profitons des quelques jours de congés qu'il nous reste !" Lui avait-elle dit la veille en la laissant devant l'entrée du camping.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Le Rendez Vous
Premier rendez-vous
Rendez vous commercial avec Jennifer
Le Manoir de la Luxure (part 1 : Clarisse)
Le Manoir de la luxure (part 3 : Ophelie)


Online porn video at mobile phone


sexe histoireshistoire de sexe arabesexe avec le plombierhistoires pornographiquesrecit erotisuehistoire de sexe sans culottehistoires de travestishistoire de sexe en voiturerecit erotique illustrehistoire erotique soumiseil encule sa tantehistoire de sexe urorecit herotiquepucelle sexepucelles en chaleurhistoire de sexe entre mere et filscam gratuitesmanuela nuehistoire de sexe entre freressucer par une inconnuerecit erotique unionhistoire de maturehistoire de sexe soumispremier fist vaginalhistoire echangismerecit erotique unionhistoires gay gratuiteshistoire de bondagesexe erotiquehistoire de soumishistoires de sexe menuhistoire de sexe vraiehistoire de sexe jerinakhistoire de soumissionforum candaulhistoire de sexe hdshistoire de sexe avec cousinestory erotiquesexes enormeserotiqeerotiqueebander chez l'osteopathehistoire de sexe dans un cinemahistoires erotiques illustreeshistoire sexe trashsite erotiqueertiquemari lopetterecit erotique gayvoisine cougarhistoire intimeslecture sexehistoire de sexe metrohistoire gayoncle baise sa niecehistoires erotichistoireserotiquesje baise ma colocrecit erotique violhistoire de sexe a la plagehistoire de sexe putehistoire de soumishistoire de sexe maman et filshistoire de sexe avec ma fillehistoire de sexe videohistoire de sexe avec sa soeurencule moi papahistoire de sexe en imagesexe punitioncoquine a la plagerecit gaylevrette erotiquehistoire sado masosexe exibitionrecit lesbienma femme se deshabille